Magali Fletcher

Praticienne en Médecine Traditionnelle Chinoise


au printemps du 15/02 au 27/04

amandier-printemps

La symbolique énergétique

Après de longs mois d’endormissement qui ont été favorables au ressourcement de l’énergie du Rein, au printemps la nature s’éveille à nouveau, la sève remonte des arbres et apporte toute sa vitalité. C’est le premier frémissement qui annonce toute une saison d’épanouissement, d’extériorisation, de la germination des plantes, de la floraison, de la dissémination des pollens…La nature reprend vie et s’embellie.

Pareille à une graine, notre énergie vitale va se déployer en cette période, pour sortir de l’ombre et retrouver la lumière.  Nous sommes plus éclairés, motivés, décidés, à entreprendre des changements, à monter des projets, à améliorer nos conditions de vie. C’est la période idéale pour réaliser ce qui a été mûri pendant la période hivernale.

En Medecine chinoise l’organe relié à cette saison dans la similitude de son mouvement yang est le foie.

La symbolique émotionnelle

En médecine chinoise les émotions résident dans les organes : la Tristesse au Poumon, la Peur au Rein, la Joie au Cœur, l’Anxiété à la Rate, la Colère et frustration au Foie.

L’apparition de telle ou telle émotion dans le courant de la journée est tout à fait normale. Une émotion ne devient pathologique que si elle est exagérée ou dure trop longtemps, elle se retourne alors contre l’organe, et dérègle ses fonctions, s’en suivent divers symptômes liés au dérèglement de ce même organe.

Ce qui est vrai dans un sens est aussi vrai dans l’autre, si un organe est déséquilibré il va générer une émotion de façon anormale, exacerbée. Ainsi, le Foie peut être engorgé par une consommation de sucre rapide, alcool, graisse ; certains naissent aussi avec un foie tendu (insomnie de 3h du mat) conséquence de plusieurs générations d’alcoolisme.

En Mtc le principe n’est pas de devenir a-émotionnel, sans émotion, les émotions nourrissent tout l’organisme. Au quotidien, nous devrions ressentir un peu de toutes ses émotions, mais la joie devrait être prédominante.

Prenons une situation banale  : Quelqu’un vous bouscule dans la rue, il ne s’excuse pas…Deux réactions possibles liées à l’energie du Foie :

Extériorisation

Vous lui volez dans les plumes, vous sortez de vos gongs ; au niveau énergétique c’est un échappement du Yang, une montée du yang qui épuise le yin (les ressources) du foie. Plus le Yin du Foie baisse plus vous vous mettez en colère de façon violente, les colères sont de plus en plus fréquentes et brusques, le yang s’échappe le yin s’épuise davantage : phénomène progressif d’auto destruction, qui va de légers symptômes à de bien plus graves  comme céphalées, migraines, palpitations, vertiges, acouphènes, baisse d’audition, rêves abondants, insomnie, hypertension artérielle, à une agitation forte jusqu’à la démence, à des risques d’ AVC …

Ou Intériorisation

Vous ne réagissez pas, mais vous ruminez, « pourquoi je ne me suis pas défendue, je suis nulle, j’aurai dû lui dire… » ces émotions de rumination, de dévalorisation, de frustration entraînent des pathologies de stagnation de l’énergie et du sang qui ont pour signes : ballonnement, nausées, manque d’appétit, douleurs articulaires et cervicales, insomnie, dépression, règles irrégulières, douleurs prémenstruelles, céphalées, extrémités froides, ces stagnations du Qi deviennent des stases de sang …

Les énergies des organes sont interdépendantes, les éléments (eau feu bois métal terre) de la nature sont en relation : l’eau des reins nourrit le bois du foie, si le Rein n’a pas assez d’énergie, le foie peut s’enflammer facilement.

La peur va affaiblir l’énergie des reins, plus ces peurs sont présentes, plus le rein est affaibli, plus le foie n’est pas contrôlé.

La nuit a été assez bonne, le matin vous êtes en forme les reins sont ressourcés, en fin d’aprèm la batterie des reins commence à se décharger, le soir la colère monte plus facilement, on s’agite pour rien, on monopolise les conversations, on crie plus facilement sur les enfants ou compagnon, les relations sont plus tendues : c’est signe d’une faiblesse énergétique du Rein qui ne contrôle pas le Foie.

Le Foie énergétique est le grand draineur des émotions. Il est très sollicité de façon générale et exacerbé en cette période de printemps. Il permet l’extériorisation des ressentis douloureux qui s’expriment souvent par la colère si le foie est en excès. Si le Foie est en insuffisance énergétique, il bloquera les réactions expressives, la colère contenue intériorisée devient frustration, et ce sera encore au Foie à gérer et digérer ces émotions afin de retrouver une stabilité intérieure.

Le Foie est l’organe de l’impulsion créatrice, de ce qui sous tend l’action, donc du désir. Pour avoir un Foie en bonne santé mieux vaut pouvoir – le plus souvent possible et sans gêner les autres – faire ce que nous désirons faire et dire ce que nous désirons dire. Sinon il y a frustration, autrement dit blocage de l’énergie du Foie.

Pour rappel, l’émotion négative est celle qui perturbe un organe en MTC : la peur pour les Reins, la colère pour le Foie. L’émotion positive est celle qui va l’aider. Par exemple « la confiance » va soulager nos Reins, « Aimer et être Aimé » va faire du bien à notre Cœur. Et pour le Foie, l’émotion dite positive sera : « tous mes désirs sont réalisés ».

Les pratiques
Se coucher tôt, se lever de bonne heure et faire quelques pas dans l’air frais du petit matin.
Au printemps et en été, le sommeil peut-être court, car c’est le principe Yang qui domine et un court sommeil est favorable.
Afin d’optimiser cette énergie du renouveau, cet élan créatif tout en prévenant ses débordements énergétiques, voici quelques petits conseils :
Cultivez le calme, la paix, la sérénité, l’humour, le respect de soi-même et de l’autre, tout en préservant votre territoire,
La contemplation de la nature, voir  les bourgeons (la vision étant liée à l’organe du Foie, tout se qui nourrit les yeux nourrit le Foie), les fleurs qui surgissent de la terre…être en phase avec les éléments
La marche rapide en forêt à l’abri du vent, le jogging pour se défouler, pour libérer les excès du Foie, relancer l’activité du corps après l’hiver afin de détoxifier les organes.
La danse, le chant, la peinture, la sculpture, l’écriture pour libérer ce qui ne peut être dit…les frustrations et colères rentrées…
Masunage Sensei, maître de Shiatsu, a crée une série d’étirements spécifiques qu’il a appelé « Makko Ho ». Cet étirement des méridiens Foie et Vésicule biliaire permet à l’énergie de circuler plus librement.

Cette énergie circule sur les côtés droit et gauche du corps. Elle correspond aux muscles et  aux tendons.

S’asseoir au sol, jambes tendues et aussi écartées que possible. (Arrêtez avant que ce soit inconfortable).

Croisez les doigts des mains et penchez votre corps au dessus d’une jambe, le coude ouvert au maximum. Répétez le mouvement de l’autre côté.

Pour plus de confort, vous pouvez mettre un coussin sous vos fesses.

La diététique chinoise

Nous sortons de l’hiver, saison ou notre corps a fait des réserves afin de faire face aux besoins énergétiques nécessaires pour conserver sa température interne. Au printemps, c’est l’inverse : le corps à besoin de s’alléger, le sang d’être fluide et dépollué pour préparer la saison à venir. C’est donc le moment d’envisager une cure de désintoxication de cet organe grâce à des tisanes de des plantes comme le pissenlit, l’artichaut, la radis noir, le romarin ou plus simplement avec du jus de citron (3 ou 4 gouttes de citron frais dans un peu d’eau le matin durant une ou deux semaines).

  • Préférez la saveur douce à la saveur acide (pour soutenir la Rate et éviter l’excès du Foie).
  • Évitez les excès de nourriture et de boisson.
  • Favorisez les légumes verts.
  • Favorisez les viandes légères, le poulet, le poisson.

Préférez les aliments de leur saison ( si certains ne sont pas encore sur les étales attendez  qu’ils soient récoltés : )

  • Légumes :
    Asperge, Artichaut, Aubergine, Carotte, Chou-fleur, Concombre, Courgette, Épinard, Haricot vert, Oignon, Petits pois, Pissenlit, Poivron, Radis, Salade, Tomate
  • Fruits : Abricot, Banane, Cerise, Figues, Fraises, Kiwis, Melons, Nectarines,Pastèque, Pêche, Prune
  • Céréales et légumineuses adaptées: Blé, Épeautre, Orge, Millet, Soja
  • Produits animaux adaptés: Fromages légers (plutôt chèvres et brebis), Poissons maigres, Viande très peu grasses, Volailles

Mode de préparation des aliments : le sauté court (de légumes ou de viandes), la cuisson à la vapeur ou à l’étouffée (poissons, légumes). Préférez les condiments comme l’ail, l’échalote.

Evitez le lait, le beurre, le fromage, les yaourts, le chocolat, l’alcool, le café.

 Supplément

Extrait de Eckart TOLLE  « le pouvoir du moment présent » :« Toute négativité résulte de l’accumulation de temps psychologique et de la dénégation du présent. Malaise, anxiété, tension, stress, inquiétude, tous des formes de peur, sont occasionnées par trop de futur et pas assez de présence. La culpabilité, le regret, le ressentiment, les doléances, la tristesse, l’amertume et toute autre forme d’absence de pardon sont causés par trop de passé et pas assez de présence. »

Un foie équilibré énergétiquement permet de vivre l’instant présent sans trop de turbulence émotionnelle. Pour ce, un long travail personnel de la gestion des émotions, de la conscientisation de leurs sources, de leur compréhension et de leur acceptation nécessite parfois l’aide de professionnels de santé spécialisés en énergétique ou en psychologie.

Publicités


C’est déjà l’automne du 15/08 au 27/10…

La symbolique énergétique

L’automne est une saison particulièrement importante d’un point de vue énergétique. C’est une période de transition où l’énergie yang de l’été décroît tandis que l’énergie yin de l’hiver croît. Il y a un mouvement de descente, d’abaissement et d’intériorisation du yang vers le yin. Elle est située entre la saison de forte activité, l’été – le yang du yang – et la saison du repos et de l’intériorité, l’hiver de type yin. À l’arrivée de cette saison, l’été est bien fini, avec la luminosité qui diminue, les températures qui baissent, les journées qui raccourcissent le yang qui se retire. On dit que « le principe lumineux rentre à l’intérieur». Notre énergie défensive travaille plus fort pour nous maintenir en santé.

Notre rythme de vie change, mais notre quotidien nous impose des horaires que notre corps a un peu de mal à suivre. C’est pourquoi la fatigue commence à se faire sentir chez plusieurs personnes.

Durant cette période, l’énergie est à son optimum dans les méridiens du couple poumons (yin) et du gros intestin (yang). Il est usuel de renforcer l’énergie de ces organes afin qu’ils soutiennent par la suite l’énergie du rein, en vue de l’hiver.

C’est ainsi la saison des récoltes sur les choses que l’on a ensemencées au printemps et qui ont fleuri durant l’été dans les domaines matériels et subtils. Le rôle de l’homme au sein de la nature est encore sous le signe de l’activité, car il doit cueillir, récolter, trier, engranger tout ce qui lui permettra de passer l’hiver.

Nous récoltons ce que nous avons semé. En cela l’automne nous permet d’évaluer les productions et les moyens mis en œuvre pour mener à bien le travail de la terre durant les mois précédents.

C’est le moment propice pour structurer, séparer ce qui doit l’être, faire de l’ordre. L’automne rassemble et purifie, parfois il détruit, favorisant ensuite l’abaissement, le refroidissement et l’intériorisation vers le Yin.

La fraîcheur de l’automne invite au recueillement. L’humeur devient sédentaire. Comme la nature qui se met en position de protection avant l’hiver, on a tendance à un repli sur soi. La puissante montée du Yin impose d’économiser ses forces ; ce n’est pas une période propice à l’intervention active ; il faut s’adapter, se tenir au repos. Tout retourne à la terre.

Lié à l’élément métal qui tranche et qui coupe, c’est un temps pour séparer le bon grain de l’ivraie, prendre des décisions sur ce qu’il faut garder et ce qu’il faut jeter et lâcher prise. C’est aussi un temps pour réfléchir sur les aspects les plus importants de sa vie.

Pratiques

On se couche tôt et on se lève tôt,
On exerce le vouloir dans la paix et la tranquillité. Su Wen chapitre 2

Le besoin de sommeil s’accroît avec les nuits qui s’allongent : on se couche tôt pour favoriser le retour au Yin, mais on se lève tôt pour bénéficier de l’élan du Yang clarificateur et équilibrant, propre à l’automne, suivant en cela la conduite des animaux dont l’expression est réglée sur les cycles solaires, tel le coq.

Protégez vous des premières fraîcheurs ; le cou, le dos et la poitrine ne doivent ni subir de courant d’air ni d’humidité.

Stimulez vos poumons par la marche en forêt ou au bord de la mer.

Développez votre odorat :   en automne, la nature dispense une multitude parfums propres à développer notre sens olfactif : odeurs des sous-bois, de l’humus, des champignons et de la mousse, odeur de la terre humide après la pluie, odeurs des fruits murs. Faites le plein de ces odeurs avant l’hiver.

Masunage Sensei, maître de Shiatsu, a crée une série d’étirements spécifiques qu’il a appelé « Makko Ho ». Ces étirements des méridiens permettent à l’énergie de circuler plus librement.

L’étirement du Poumon- Gros intestin :

Placez-vous debout, les pieds un peu plus écartés que la largeur des épaules. Placez les mains derrière le dos, les paumes vers l’arrière et maintenez les réunis par les pouces. Penchez vous en avant en expirant, étirez les bras au dessus de vous en gardant les coudes et les genoux tendus.

Concentrez-vous sur les lignes de tensions. Fléchissez légèrement les genoux avant de vous redresser.

Réalisez une seconde fois ces étirements en inversant les pouces.

 

Diététique

La saveur indiquée en diététique chinoise pour soutenir l’énergie métal est la saveur piquante : elle humidifie les poumons trop secs et stimule la fonction de diffusion.

En petite quantité la saveur piquante nourrit le poumon, harmonise l’énergie des reins, tonifie l’énergie du foie et en trop grande quantité, elle agresse le poumon et a un effet répressif sur l’énergie bois (foie).

Parmi les saveurs piquantes, il faut bien distinguer les piquants chauds comme le gingembre, le poivre, des piquants froids comme le radis, le radis noir, les navets, les pêches. Les premiers s’appliquent aux infections froides et au vide de l’organe, les autres aux infections chaudes et aux excès d’énergie.

Que convient-il de manger en automne ? :

  • Privilégier l’alimentation « tiède » et « neutre » (millet, pêche, poireau, choux, navet, avoine,   … et un peu de piquant (poivre, gingembre, piment, moutarde, ail, céleri, ciboulette, fenouil, oignon, radis, kumquat, pistache, alcool, aneth, badiane, basilic cannelle, cardamone, carvi, coriandre, écorce de mandarine, fleur d’oranger, clou de girofle, fenouil, graines de fenouil, huile de soja, menthe, muscade, origan, poivre …)
  • Humidifier positivement son corps en mangeant des produits riches en eau (poires, pommes, oranges, raisins, champignons…) pour éviter les toux sèches et autre constipation, pour compenser la sécheresse, qui apparaît en automne, Pour cela, consommer davantage de raifort, radis, chou rave, chou fleur, riz.
  • Limiter les aliments qui génèrent de l’humidité (aliments et les boissons froides ou glacées, les crudités, les farines cuites, les fritures et les graisses, les laitages et les fromages), qui peut stagner, notamment dans les poumons sous forme de catarrhes ou de glaires.
  • Privilégier les céréales (orge, épeautre, millet, quinoa, riz complet…), les légumineuses (pois chiches, haricots rouges, lentilles …)
  • Manger plus d’aliments chauds et digestifs,
  • Eviter le fruit cru après le repas (cela permet d’éviter les ballonnements).
  • Prendre une tasse de thé ou de tisane à la fin des repas, ou pendant, si vous avez vraiment soif.

 

Bel automne à vous