Magali Fletcher

Praticienne en Médecine Traditionnelle Chinoise


les amis


Unknown-1    Avant de paufiner votre alimentation avec la diététique chinoise, je vous conseille cet excellent livre des règles incontournables de l’alimentation d’une super nutritioniste, Virginie Parée, avec qui j’ai animé des ateliers au Centre Ressource … Mangeons local, lisons local.

https://virginieparee.wordpress.com/

 


On me demande souvent des sites de bonnes recettes végétariennes ou sans gluten, j’aime bien celui de Juliette

http://lesrecettesdejuliette.fr/pages/Sans_gluten-8948073.html

 


P1010003  P1010023 6

Une artiste géniale nîmoise, une grande amie, Pascale Marchési un peu de poésie pour nourrir les yeux et l’esprit

http://pascalemarchesi.canalblog.com/

 


Barbara Hubert  Psychanalyste humaniste qui écoute avec beaucoup de coeur

405 chem Peyroues 06250 Mougins  0680867239

 


Cours de Taï Chi avec l’excellent professeur Cédric Léger

http://objectif-wushu.com/#all

 



depuis le 15/11 c’est l’hiver selon le calendrier chinois

 

Selon le Nei Jing, texte classique de la médecine chinoise:

« Le froid croissant semble rendre l’atmosphère cristalline.  Toutes les créatures vivent enfermées et la récolte est engrangée.  Durant l’hibernation, les animaux descendent profondément en eux-mêmes afin de préserver leur essence jusqu’au printemps.  Les humains ont tendance à demeurer « coconnés » à l’intérieur de leur demeure en évitant de dépenser trop d’énergie.  Les gens devraient se coucher tôt et se lever tard… »

 

La symbolique énergétique

L’eau est associée à l’hiver, à l’organe Rein, au froid, à l’obscurité, à l’apogée du Yin. C’est le moment de l’année où les nuits sont plus longues que les jours.

Son état est proche de la stagnation, de la mort mais elle porte en elle le germe de la vie nouvelle. D’ailleurs dans le taoïsme, un des animaux symbolisant l’Eau est la tortue, représentant la longévité.

Cette saison permet la restauration, la régénération et la réflexion.

C’est la saison où il vous faut profiter de tout ce qui est chaud, intérieur et calme : la maison, le lit, les activités paisibles, la méditation et de préserver notre énergie de réserve afin de progressivement relancer nos activités avec le retour du printemps où la nature s’éveille et se remet en mouvement.

Telle la sève à cette période qui descend des branches des arbres afin de se charger des minéraux de la terre, les Reins font des réserves nécessaires à la future énergie de création du printemps.

 

La symbolique émotionnelle

Si l’on observe cet élément, l’eau s’infiltre partout et dans la nature elle érode, sculpte, lisse les roches et le paysage. Elle passe, coûte que coûte grâce à sa faculté d’adaptation. Si cette énergie est équilibrée en nous, nous trouvons la volonté et le courage de mener à bien nos projets, de résister aux obstacles, de nous y adapter. Ne dit-on pas « avoir les reins solides » ? Si au contraire cette énergie nous fait défaut, il se peut que nous soyons bloqués par la peur.

 

Les pratiques

« Se coucher tôt, se lever tard »

L’hiver la nature est en sommeil. La végétation vit au ralenti, les animaux hibernent.
N’oublions pas que l’Homme fait aussi partie de la nature, et que nous ne sommes pas différents, ni supérieurs ni plus résistants que les animaux ou la végétation.
Comme eux nous avons besoin aussi de ralentir notre activité, de nous économiser et de nous intérioriser.
Le froid, le vent, la pluie, la neige, le gel, le brouillard, l’humidité, l’obscurité, l’augmentation des facteurs pathogènes (rhume, grippe…) sollicitent notre capital énergétique qui en MTC se loge aux Reins, piliers du yin et yang du corps.

Ainsi, en cette saison, il est conseillé selon la tradition de médecine chinoise de se reposer, de travailler moins, de diminuer l’activité sexuelle, de faire moins de sport ou en préférant des sports plus doux, comme la marche. Les sports violents épuisent notre capital vital.

Le premier point du méridien du Rein,  » Yong Quan « , situé dans le creux de la voûte plantaire, est un point de concentration de l’énergie très important. Par lui, nous captons l’énergie de la Terre. Masser ce point peut donc  nous redonner de l’énergie en cas de fatigue. Pensez aussi à vous couvrir les reins pour les garder au chaud, ainsi que les extrémités… ressortez les bouillottes de Grand’mère.

 

Masunage Sensei, maître de Shiatsu, a crée une série d’étirements spécifiques qu’il a appelé « Makko Ho ». Cet étirement des méridiens Rein et Vessie permet à l’énergie de circuler plus librement.

S’asseoir au sol, les jambes tendues devant. Rassemblez les talons. Gardez les genoux tendus et essayez de laisser les jambes en contact avec le sol autant que possible. Puis penchez le haut du corps et tendez les bras vers les orteils. Si toutefois vous avez le bassin trop en arrière, placez un coussin sous vos fesses. De plus, si vous n’arrivez pas à atteindre vos orteils, préférez tenir vos chevilles que de lever les genoux.Reins-Vessie

  • Il ne s’agit pas d’exercices sportifs, ni d’une performance de souplesse. Il ne faut jamais forcer une posture jusqu’à la douleur.
  • Les postures ne présentent pas de réelles difficultés. Si vous pouvez y rester en étant relâché, c’est que votre équilibre énergétique est bon. A l’inverse si vous rencontrez des difficultés, accordez d’avantage de temps à ces postures plus délicates.
  • Toutes les postures sont statiques, une fois que vous êtes installé, restez le temps de sept inspirations profondes. (Minimum)
  • La respiration doit être ample et profonde.

 

La diététique chinoise

La diététique chinoise attribue à l’hiver une saveur privilégiée : le salé. En effet, le sel permet de retenir les fluides à l’intérieur, mais pas uniquement. Durant l’été, la transpiration  fait perdre de nombreux sels minéraux. Il faut donc les récupérer maintenant.

Comment ? En recourant aux bienfaits des légumes cuits, mijotés, aux bouillons, potages de légumes de saison, aux ragoûts de légumes racines ainsi qu’aux aliments naturellement salés : poissons, fruits de mer, viande séchée ou fumée, soja, légumineuses, sans pour autant rajouter du sel à tous vos plats. Et mangez les chaud le plus souvent possible.

Quelques aliments à privilégier :

– toutes les sortes de haricots, de légumineuses et de céréales : pois, pois cassés, pois chiche, azukis, lentilles, riz, sarrasin, millet, quinoa, petit épeautre,

– les « légumes racines » chargés des qualités nutritives de l’hiver : carottes, pommes de terre, navets, oignons.

– pommes, des poires ainsi que des fruits secs, châtaignes, noix de cajou…

– fruits de mer, coques, crabe huîtres, crevettes, porc, canard.

 

Que votre hiver soit doux

 


C’est déjà l’automne du 15/08 au 27/10…

La symbolique énergétique

L’automne est une saison particulièrement importante d’un point de vue énergétique. C’est une période de transition où l’énergie yang de l’été décroît tandis que l’énergie yin de l’hiver croît. Il y a un mouvement de descente, d’abaissement et d’intériorisation du yang vers le yin. Elle est située entre la saison de forte activité, l’été – le yang du yang – et la saison du repos et de l’intériorité, l’hiver de type yin. À l’arrivée de cette saison, l’été est bien fini, avec la luminosité qui diminue, les températures qui baissent, les journées qui raccourcissent le yang qui se retire. On dit que « le principe lumineux rentre à l’intérieur». Notre énergie défensive travaille plus fort pour nous maintenir en santé.

Notre rythme de vie change, mais notre quotidien nous impose des horaires que notre corps a un peu de mal à suivre. C’est pourquoi la fatigue commence à se faire sentir chez plusieurs personnes.

Durant cette période, l’énergie est à son optimum dans les méridiens du couple poumons (yin) et du gros intestin (yang). Il est usuel de renforcer l’énergie de ces organes afin qu’ils soutiennent par la suite l’énergie du rein, en vue de l’hiver.

C’est ainsi la saison des récoltes sur les choses que l’on a ensemencées au printemps et qui ont fleuri durant l’été dans les domaines matériels et subtils. Le rôle de l’homme au sein de la nature est encore sous le signe de l’activité, car il doit cueillir, récolter, trier, engranger tout ce qui lui permettra de passer l’hiver.

Nous récoltons ce que nous avons semé. En cela l’automne nous permet d’évaluer les productions et les moyens mis en œuvre pour mener à bien le travail de la terre durant les mois précédents.

C’est le moment propice pour structurer, séparer ce qui doit l’être, faire de l’ordre. L’automne rassemble et purifie, parfois il détruit, favorisant ensuite l’abaissement, le refroidissement et l’intériorisation vers le Yin.

La fraîcheur de l’automne invite au recueillement. L’humeur devient sédentaire. Comme la nature qui se met en position de protection avant l’hiver, on a tendance à un repli sur soi. La puissante montée du Yin impose d’économiser ses forces ; ce n’est pas une période propice à l’intervention active ; il faut s’adapter, se tenir au repos. Tout retourne à la terre.

Lié à l’élément métal qui tranche et qui coupe, c’est un temps pour séparer le bon grain de l’ivraie, prendre des décisions sur ce qu’il faut garder et ce qu’il faut jeter et lâcher prise. C’est aussi un temps pour réfléchir sur les aspects les plus importants de sa vie.

Pratiques

On se couche tôt et on se lève tôt,
On exerce le vouloir dans la paix et la tranquillité. Su Wen chapitre 2

Le besoin de sommeil s’accroît avec les nuits qui s’allongent : on se couche tôt pour favoriser le retour au Yin, mais on se lève tôt pour bénéficier de l’élan du Yang clarificateur et équilibrant, propre à l’automne, suivant en cela la conduite des animaux dont l’expression est réglée sur les cycles solaires, tel le coq.

Protégez vous des premières fraîcheurs ; le cou, le dos et la poitrine ne doivent ni subir de courant d’air ni d’humidité.

Stimulez vos poumons par la marche en forêt ou au bord de la mer.

Développez votre odorat :   en automne, la nature dispense une multitude parfums propres à développer notre sens olfactif : odeurs des sous-bois, de l’humus, des champignons et de la mousse, odeur de la terre humide après la pluie, odeurs des fruits murs. Faites le plein de ces odeurs avant l’hiver.

Masunage Sensei, maître de Shiatsu, a crée une série d’étirements spécifiques qu’il a appelé « Makko Ho ». Ces étirements des méridiens permettent à l’énergie de circuler plus librement.

L’étirement du Poumon- Gros intestin :

Placez-vous debout, les pieds un peu plus écartés que la largeur des épaules. Placez les mains derrière le dos, les paumes vers l’arrière et maintenez les réunis par les pouces. Penchez vous en avant en expirant, étirez les bras au dessus de vous en gardant les coudes et les genoux tendus.

Concentrez-vous sur les lignes de tensions. Fléchissez légèrement les genoux avant de vous redresser.

Réalisez une seconde fois ces étirements en inversant les pouces.

 

Diététique

La saveur indiquée en diététique chinoise pour soutenir l’énergie métal est la saveur piquante : elle humidifie les poumons trop secs et stimule la fonction de diffusion.

En petite quantité la saveur piquante nourrit le poumon, harmonise l’énergie des reins, tonifie l’énergie du foie et en trop grande quantité, elle agresse le poumon et a un effet répressif sur l’énergie bois (foie).

Parmi les saveurs piquantes, il faut bien distinguer les piquants chauds comme le gingembre, le poivre, des piquants froids comme le radis, le radis noir, les navets, les pêches. Les premiers s’appliquent aux infections froides et au vide de l’organe, les autres aux infections chaudes et aux excès d’énergie.

Que convient-il de manger en automne ? :

  • Privilégier l’alimentation « tiède » et « neutre » (millet, pêche, poireau, choux, navet, avoine,   … et un peu de piquant (poivre, gingembre, piment, moutarde, ail, céleri, ciboulette, fenouil, oignon, radis, kumquat, pistache, alcool, aneth, badiane, basilic cannelle, cardamone, carvi, coriandre, écorce de mandarine, fleur d’oranger, clou de girofle, fenouil, graines de fenouil, huile de soja, menthe, muscade, origan, poivre …)
  • Humidifier positivement son corps en mangeant des produits riches en eau (poires, pommes, oranges, raisins, champignons…) pour éviter les toux sèches et autre constipation, pour compenser la sécheresse, qui apparaît en automne, Pour cela, consommer davantage de raifort, radis, chou rave, chou fleur, riz.
  • Limiter les aliments qui génèrent de l’humidité (aliments et les boissons froides ou glacées, les crudités, les farines cuites, les fritures et les graisses, les laitages et les fromages), qui peut stagner, notamment dans les poumons sous forme de catarrhes ou de glaires.
  • Privilégier les céréales (orge, épeautre, millet, quinoa, riz complet…), les légumineuses (pois chiches, haricots rouges, lentilles …)
  • Manger plus d’aliments chauds et digestifs,
  • Eviter le fruit cru après le repas (cela permet d’éviter les ballonnements).
  • Prendre une tasse de thé ou de tisane à la fin des repas, ou pendant, si vous avez vraiment soif.

 

Bel automne à vous